Mon parcours vers le métier de lapidaire

Cette attraction vers le monde minéral remonte à aussi loin que je m’en souvienne. Petit, quand je partais en randonnées, je ramassais toutes sortes de pierres, qu’elles soient brillantes, colorées ou de formes inhabituelles, et mon sac à dos finissait généralement aussi plein que possible.
Les années passant, mes goûts se sont quelque peu affinés pour se concentrer sur les pierres gemmes, les cristaux et les fossiles, que je trouvais par moi-même dans la nature ou que j’achetais dans les brocantes, les vides-greniers, en bourses aux fossiles et minéraux ou dans les boutiques spécialisées.
Mon goût pour la taille de la pierre a ensuite lentement émergé. C’est d’ailleurs dans une bourse au minéraux que j’ai rencontré un grand lapidaire reconnu pour la qualité de son travail et sa pédagogie. Cette rencontre a été décisive. Elle m'a décidé à faire de la taille des pierres ma profession après avoir terminé les études supérieures dans lesquelles je me trouvais et qui me destinait au monde de la recherche.
Aujourd’hui, mon métier me permet d’exercer cette passion tout en allant chercher moi-même une partie de mes pierres brutes directement dans les montagnes alpines, mon pays depuis toujours, et dans les régions voisines.


Le matériel que j'utilise

Étape 1 : La scie diamantée me permet de faire des tranches de pierres. Je l'utilise quand la pierre brute est trop grande et que je dois la diviser pour pouvoir tailler plusieurs bijoux dans ce morceau. Une fois les tranches découpées, je trace la forme que la pierre aura à la fin du processus.

Étape 2 : La perceuse associée à des forets au diamant me permet de percer les pierres. Je perce les pierres sous l'eau pour éviter l'échauffement par friction, ce qui abimerait les pierres et les forets. Je perce mes pierres avant la taille, cela me permet de pouvoir retirer les éclats dues à la sortie du foret de la pierre pendant l'étape 3. Si je perçais mes pierres après la taille, les éclats seraient visibles sur le bijoux fini.

Étape 3 : Voici mon outil de travail principal, un arbre porte meule ou cabochoneuse. Cette machine est composée de meule au diamant avec différentes tailles de grains abrasifs (de 80 à 14000 grit). Les meules à gauche sur la photo sont rigides pour dégrossir la forme et celles de droites sont souples pour garantir un arrondi uniforme. Lorsque l'arbre tourne, un petit filet d'eau arrose les meules et la pierre pour les refroidir et les lubrifier. L'eau sert également à ne pas générer de poussières.